Blessure abandon Dépendance affective Relation-pansement Schémas amoureux répétitifs

Quel est le lien entre la blessure d’abandon et la dépendance affective ?

Dépendance affective = blessure d’abandon ?

Vous avez l’habitude d’entendre que quand on souffre de dépendance affective, c’est qu’on souffre de la blessure d’abandon mais vous ne parvenez pas à faire le lien avec votre histoire personnelle ? Vous ne comprenez pas encore le fait d’avoir peur d’être abandonné.e vient faire avec votre besoin d’être rempli de l’Autre ? Vous aimeriez comprendre « d’où vient » votre dépendance affective et comment vous en libérer ?

Qu’est-ce que la dépendance affective ?

Dépendre affectivement d’un tiers, c’est ressentir le besoin irrémédiable de se remplir de lui en tout temps sans être capable de survivre à la solitude quotidienne.

C’est ressentir un profond « manque en soi » et avoir un sentiment désagréable de se retrouver seul, en présence de soi. C’est être capable de tout pour ne pas se sentir laissé à soi-même, même de perdre sa dignité et son respect de soi.

Chloé Merckaert – S’aimer +.

On parle de dépendance affective lorsqu’une personne développe une « addiction amoureuse » : quand le besoin d’être prêt de l’Autre et d’aimer de lui, lui fait ressentir une souffrance si profonde qu’elle l’empêche d’assurer ses responsabilité quotidienne, de se séparer de lui, de se protéger dans les cas de relations toxiques et de manière générale quand la relation a une fonction de « calmant émotionnel » et de « pansement affectif » dans la vie de la personne.

Souffrir de dépendance affective, c’est se servir de la relation et de l’être aimé pour remplir sa propre insécurité émotionnelle et sa propre incapacité de faire face à soi-même et à l’état de sa propre vie, comme un « cache-œil » ou à une « substance qui remplit et calme ». Le dépendant affectif n’aime pas l’Autre pour ce qu’il est mais pour le contenu affectif qu’il représente dans sa vie : il est une bouée de sauvetage pour survivre aux imprévus de la vie en se sentant moins seul.

C’est être capable de se mettre dans des situations de dangers (pour sa santé physique, psychologique, sexuelle), pour se fuir, soi.

Qu’est-ce que la blessure d’abandon ?

La blessure d’abandon ou peur de l’abandon est décrite par Lise Bourbeau dans son ouvrage sur les 5 Blessures qui empêchent d’être soi-même. Avec la blessure de trahison, la blessure de l’abandon est l’une des deux blessures se vivant avec le sexe opposé : c’est-à-dire qu’elle est ressentie avec le parent du sexe opposé ou son équivalent dans l’histoire de la personne et ravivée ensuite par les individus du même sexe ou ayant la même fonction affective.

La blessure d’abandon décrit la peur d’un enfant ayant été esseulé, abandonné réellement ou affectivement (l’absence d’un parent, l’indifférence, la déception ou tout autre forme de rupture et de disparation ayant pu le faire se sentir abandonné à lui-même). La peur ultime de la personne souffrant d’une blessure d’abandon, c’est la solitude.

Pour la blessure d’abandon, être seul, c’est l’assurance d’une mort : c’est ne plus exister, ne plus avoir de valeur ou de sens, ne pas être capable de s’en sortir seul et de prendre les décisions appropriées sans le soutien de l’Autre et c’est surtout se retrouver seul avec soi-même sans aucune forme de présence pour se sentir « suffisant » et « épaulé.

La personne souffrant de la blessure d’abandon pense à tort (et c’est sa croyance limitante profonde) que seule, elle n’y arrivera pas et qu’elle a sans cesse besoin de l’aide et du soutient d’autrui pour prendre ses responsabilités et se sentir sécurisée.

Voici un test pour savoir si vous souffre de la blessure d’abandon. Quand vous répondez, tâchez de trouver le plus d’exemples et contre-exemples possibles pour éviter que votre ego ne vous induise en erreur et vous empêche de voir cette blessure.

Quel est le lien entre les deux ?

Le dépendant affectif n’a pas reçu le soutien, le regard, l’approbation suffisante pour se construire une sécurité émotionnelle solide et lui permettant d’explorer son environnement avec confiance et sérénité. C’est une peur ayant peur d’être seule parce-que peur d’être en présence d’elle-même.

La blessure d’abandon est à la dépendance affective ce que le feu est la fumée : elle en est la cause, l’épinée contaminante, le dard non-retiré. Elle est la cause de ce besoin incessant de se remplir de l’Autre pour se fuir à soi-même. De plus, dans le cas de dépendance affective touchant à la vie amoureuse, la blessure d’abandon est la blessure touchant aux personnes du sexes opposés et c’est la raison pour laquelle c’est très souvent elle dont il est question.

Je dépends de l’Amour de l’Autre car je ne m’aime pas assez moi-même moi-même pour me détacher du regard d’autrui.

C’est aussi la raison pour laquelle j’ai tant peur qu’il me laisse seule : parce-que cela signe mon insuffisance et me ramène à ce qui me fait le plus peur, être face à moi.

Chloé Merckaert – S’aimer +.

Pourquoi j’attire des hommes qui m’abandonnent ?

« Très bien, on a compris le lien entre les deux notions Chloé, merci, mais dans ce cas, pourquoi les blessures d’abandon, si elles font tout pour éviter d’abandonner, ne font que rencontrer des partenaires qui les abandonnent ? »

C’est ce qu’on appelle les schémas répétitifs et les blessures émotionnelles.

Nous naissons chacun avec des blessures d’âmes et choisissons les partenaires de vie nous permettant de les raviver afin de nous pousser à accepter ces blessures (et nous-mêmes!) afin de nous élever au niveau affectif et spirituel.

Au niveau plus psychanalytique, toutes les souffrances et traumatismes affectifs que je porte en moi, je vais nécessairement venir les rejouer inconsciemment dans ma vie et dans mes rencontres afin de tenter de les intégrer. C’est exactement le même processus.

Le problème, c’est que tant que je ne reconnais pas que la source de ce schéma est ma blessure et ma non-acceptation de moi-même dans cette blessure, je suis condamnée à la répéter sans cesse. Donc, la raison pour laquelle vous attirez aujourd’hui des hommes qui finissent par vous abandonner, c’est parce-que vous devez d’abord guérir cette blessure envers vous-même et apprendre à VOUS soutenir, VOUS aimer, être PRESENTE pour VOUS-même avant d’attendre que les hommes fassent de même en retour.

Comment me libérer de cette blessure et de cette dépendance aliénante ?

Quand je vis une blessure avec une tierce personne, cela signifie que cette personne vit la même blessure avec moi et que je m’accuse de la même chose.

En l’occurrence, quand je souffre de la blessure d’abandon, non seulement je rejoue la solitude que je n’ai pas intégré mais je m’accuse également de m’abandonner.

Chloé Merckaert – S’aimer +.

Pour se libérer de cette blessure ainsi que de la dépendance affective, il faut donc que vous passiez par différentes étapes du processus d’acceptation :

  1. Reconnaître que vous vivez cette blessure dans vos relations et qu’elle est la cause de votre dépendance affective. Observez sans jugement les moments précis où elle dicte vos comportements, vos émotions, vos pensées et la stratégie selon laquelle elle opère (qu’est-ce que vous essayez de l’éviter, de ne pas être vous-même, de laisser paraître quelqu’un que vous n’êtes pas ?).
  2. Vous demander quand est-ce que vous vivez cette blessure avec vous-même : Quand est-ce que vous vous abandonnez, vous aussi, dans ces situations amoureuses ?
  3. Prendre du recule avec cette blessure, quand vous l’observez en action, et la personnifier en lui donnant un nom et une image (une diablotine intérieure par exemple). Vous efforcer de dialoguer avec elle pour comprendre quelles sont ses peurs, ses buts et pouvoir la rassurer à l’aide de la voix de ta sagesse intérieure en lui disant que vous n’avez pas besoin de son aide pour vous sentir complète, que vous pouvez prendre des décisions seule et faire face à vous-même.

Le dépendant, pour se libérer, doit apprendre à s’aimer profondément pour ce qu’il est.

Il doit accepter de prendre ses responsabilités s’il veut grandir et accéder à des relations saines et conscientes afin de vraiment faire la rencontre d’un Autre qui ne soit ni un bourreau, ni un sauveur.

Chloé Merckaert – S’aimer.

De manière plus générale, apprenez à vous responsabiliser dès à présent. Cessez d’accuser les autres de manque de loyauté et de sincérité quand vous-même les utiliser pour vous rassurer émotionnellement. Le dépendant doit apprendre à faire ses propres choix et à faire face à ce dont il a le plus peur : la solitude et la rencontre avec lui-même.

Comment pouvez-vous prendre du plaisir à dîner seule ? A danser seule ? A dormir seule ? A vous promener seule ? A voyager seule ? Comment pouvez-vous VOUS découvrir et VOUS sécuriser ? Que se passerait-il si vous appreniez que vous devirez affronter le reste de votre vie en présence unique de vous-même ? Que feriez-vous si vous deviez vous séduire vous-même ? Comment mettre de la magie dans votre personnalité ?

Le dépendant pense à tort ne pas être assez parce-que toute sa vie, on l’a abandonné. Il n’a pas appris à découvrir la beauté de sa personnalité et pense que la chaleur est chez les autres alors qu’en réalité, c’est toujours soi que l’on cherche dans l’Autre.

Si vous souhaitez aller plus loin dans votre cheminement personnel et être coachée, vous avez la possibilité de réserver votre Bilan Sentimental Offert avec moi pour que j’identifie vos blocages et vos besoins face au changement, en cliquant sur ce bouton :

Laissez-moi un pouce vers le haut/un commentaire pour me dire si cet article vous a été utile et rejoignez-moi sur YouTuBe et Instagram pour recevoir du contenu quotidien sur l’amour-propre et les relations amoureuses et faire partie de cette communauté de femmes courageuses, ambitieuses et épanouies !

Affectueusement,

Chloé Merckaert – S’aimer +.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow Me!